Logos Apple et WindowsDepuis l'avènement des Macs à base de processeur Intel, il est devenu possible de faire tourner Windows (ou des distributions Linux non disponibles sur processeur PowerPC) de plusieurs façons.

Voici les 4 méthodes permettant d'utiliser des logiciels Windows sur un Mac :

  1. L'émulation : cette méthode reste valable pour les anciens Macs à base de processeur IBM PowerPC. Le principe est de simuler par programme les instruction d'un autre processeur. Cette méthode est donc très pénalisante en terme de perfomances. Le logiciel le mieux adapté pour cette tâche est Virtual PC (racheté à Connectix par Microsoft).
  2. Le démarrage en natif : sur les Macs à processeur Intel, en utilisant l'utilitaire Bootcamp d'Apple, il est possible d'installer Windows comme on le ferai sur un PC quelconque. On se retrouve ensuite avec la possibilité au démarrage de l'ordinateur de choisir entre Windows et Mac OS X. Cette solution est la plus adaptée pour les jeux Windows, car tous les éléments matériels du Mac (entre autre la carte graphique 3D) sont exploités au maximum.
  3. La virtualisation : là, il est possible de lancer Windows sans quitter Mac OS X ! Et mieux, le copier/coller et le glisser/déposer entre les 2 environnements est possible ! En fait, Windows est installé dans un fichier particulier (image disque) et le logiciel (comme Parallels Desktop pour Mac ou VMWare Fusion pour Mac) fait le lien entre ce dernier et le matériel, ce qui permet de faire tourner n'importe quel système d'exploitation dans une fenêtre de Mac OS X, le tout avec des performances excellentes (le principe se rapproche de l'émulation, sauf que là justement, il n'y a pas besoin de l'étape de transcription des instructions PowerPC <-> Intel)
  4. Windows sans Windows : là, ce sont les API (couches de programmation) de Windows qui sont simulées. Il devient donc possible dans Mac OS X (ou Linux) de lancer Internet Explorer 6 ou Word sans avoir Windows d'installé. Cela est rendu possible par WINE. Par contre, assez peu de logiciels Windows sont exploitables, car il est compliqué de simuler les API, et tous les logiciels ne sont pas forcément programmés "proprement", ce qui complique encore le jeu.

 

e-max.it: your social media marketing partner